SERGE MONAST

 

 

 

(1945-1996)

 

Serge Monast fut éditorialiste et journaliste syndical, responsable des Affaires de syndicalisme au Québec pour le magazine Point de Mire et enseignant au secondaire en sciences pures, avant de prendre la direction de la Presse Libre Nord-Américaine en tant que journaliste d'enquête et auteur. Dès ce moment, Monast devient la référence pour les gens qui s'intéressent aux complots d'un nouvel ordre mondial qui viserait l'affranchissement de la population à un «Big Brother». Par ses propos, nous pouvons le comparer à un héritier de Jean-Paul Regimbald (1931-1988), un prêtre catholique qui s’attaquait aux coteries occultes et initiatiques au point de se faire rabrouer par l’Église.

Serge Monast sort par contre de la zone de confort en traitant des méthodes de contrôles de la population, des vaccins contenant de cristaux liquides, des drogues de synthèses en passant par les micros puce (implants). Il le fait en gardant les deux pieds sur terre. Ainsi, il évite d'associer ses informations aux extraterrestres, comme le font de nombreux auteurs de livres et de séries télévisées étasuniennes qui insistent un peu trop sur l'intervention de créature de l'espace, comme s'il fallait fuir l’idée que des oligarques influents parasiteraient nos gouvernements pour instaurer un oligopole dont les idéologies de droite qu'elle propage rappellent le nazisme hitlérien: une industrie qui expérimente sur la nature et les gens. Donc, être un amateur de Monast n'était pas un exercice pour assimiler la science-fiction étasunienne à la réalité, dont Dark Sky qui liait, dans l'émission diffusée sur NBC le samedi 28 septembre 1996, l’assassinat de J.F. Kennedy à des êtres venant du cosmos.

Monast fut-il dans l'erreur? Si nous répondons à cette question en respectant sa mémoire, nous serions dans l'obligation de nous libérer de notre télévision, ordinateur, tablette numérique et téléphone cellulaire, sources de contrôles de l'esprit qui se sont multipliées depuis 1996 pour revenir à un savoir qui ne serait plus tributaire de la transmission d’ondes électromagnétiques; la lecture sur papier, cet acte libre qui s’évapore sous la chaleur électrique. Lire! En juillet de l'année 1996, Donald Cyr, ufologue québécois et ancien correspondant de la Commission d’Études Ouranos (CEO), m'informait de l'existence de deux textes publiés dans le journal français Nostra qui font de l'ombre à Dark Sky et à tout ce qui martèle notre cerveau: L’assassin de Kennedy était télécommandé par onde radio paru dans le numéro 322 du 24 juin 1978 sous la plume de Jacques Borg et Quand la CIA donne le pouvoir à l’imagination de Jean Lebrun paru dans le numéro 431 de juillet 1980.

Voici une extrait de qui devrait plaire aux nombreux amateurs des  oeuvres de Serge Monast (Les implants: Magie,  CIA ou intraterrestre?, LÄRMER Mark et CYR Donald, PH7, 1996). 

Enfin,  selon Lincoln Lawence, suite à des actions illogiques entre la CIA et le KGB, Lee Harvey Oswald, un des tireurs dans le cas Kennedy, aurait été hospitalisé 11 jours, en 1961, à l’hôpital de Minsk en Russie. C’est à ce moment qu’il aurait été placé sous hypnose. Si comme dans toutes ces formes de révélations de conspiration, ça été sans preuve, nous devons noter qu’un extrait du rapport de l’autopsie pratiquée sur Oswald, notait une cicatrice à l’emplacement du sinus mastoïdien.

Pour Serge Monast, ces histoires d'assassins contrôlés furent un échafaud qui permis de construire la gigantesque tour d’un complot mondial qui vise l’instauration d’une théodictature technocratique dont la perspective commence à peine à émerger dans le contexte d'unions économiques sauvages qui nous poussent vers un nouvel ordre mondial. Un sujet que nous pouvons peindre de noir ou de blanc à la condition de reconnaître que plus le chaos sera éprouvant, sombre, macabre, insoutenable, plus nous aurons la capacité d'accepter une solution humaniste qui exigerait une remise en question des obstacles; notre identité, culture, langue, liberté, tout ce qui ne cadre pas avec la totalité du village global pacifique et écologique. Si vous aimez mieux, ce nouvel ordre mondial annoncé par les politiciens et décrié par d'autres, est déjà en place à travers nos manifestations, critiques, ambitions et rêves. Un monde de paix et de sécurité qui fut adroitement rendu par la télévision française (TF1) en juin de l'an 1978, via la série culte de science-fiction Le Mutant de Alain Page. Une société pacifiée par l'usage d’implants greffés à la nuque des citoyens par une multinationale de haute technologie dirigée par un homme aux pouvoirs paranormaux. Une oeuvre incontournable et introuvable qui éclipse les productions anglo-saxonnes. Du grand art victime d'une falsification par le truchement d’Amazone qui envoie un navet américain du même titre aux acheteurs qui se sont laissés tromper par les noms des acteurs français dans sa présentation. C'est comme vendre un disque de Britney Spears en utilisant la pochette et la biographie de Mara Tremblay. 

Livres

Entre 1973 et 1995, Serge Monast publie 20 livres. Ce n'est qu'à partir de 1992 que ses oeuvres s'associent à l'univers des complots. Voici trois exemples parmi d'autres: 

  1.  Il est minuit quinze secondes à Ottawa (1992), un document politiquement engagé qui dénonce un programme mis en action par le premier ministre canadien Brian Mulroney, avec le soutien du Pentagone, afin d'intervenir militairement au Québec en cas de sécession.

  2. Le gouvernement mondial de l’Antéchrist (1994) traitant de l’instauration d’une dictature planétaire qui pourrait faire sourire Naomi Wolf.

  3. Vaccins, médecine militaire expérimentale & cristaux liquides… (1994) et Histoire tragique de la vaccination (1994), deux cahiers qui pourraient inquiéter les gens sur le projet de vaccinations massives pour contrer les risques de pandémies.

En 1993, il publie une nouvelle version d’une œuvre sur le point de disparaître. Il s’agit du livre Le Corps mystique de l’Antéchrist publié en 1941 par les Éditions de l'Apostolat populaire (imprimerie du Sacré-Coeur) de de René Bergeron (1904-1971), un auteur québécois passé oublié. En 1994 suit Le Diabolique secret des O.V.N.I. (1993) de J.M. Lesage rendu possible par sa collaboration avec la CEO depuis 1994.

Qui informe Serge Monast?

Monast et la CEO font bon ménage. Alors que la CEO interprète les rencontres OVNIs et les phénomènes paranormaux à travers l'enseignement chrétien, Serge Monast tient des propos qui devraient plaire aux groupes étasuniens qui dénoncent les attaques des valeurs démocratiques, des droits et libertés, ou encore au Crédit social et Bérets blancs, ces auteurs du journal Vers Demain composés principalement de catholiques qui prônent la réappropriation du gouvernement canadien du pouvoir d'imprimer de l'argent légué à la Banque du Canada en 1935.

La CEO semble aussi partager une source d'information commune avec Serge Monast. En 1994, la CEO Québec est dirigée par un personnage féru de science, religion et philosophie. Un type qui connaît bien Serge Monast, un des rares a être informé de l'actualité avant les journalistes. Je vous cite un exemple. Il m'a informé qu’un dirigeant russe devait être initié à Québec lors de son voyage au Canada, près de six mois avant que cette nouvelle fut officialisée par les médias. Si ma mémoire est bonne, ces derniers avaient écrits qu'il devait s’arrêter à Vancouver, Colombie-Britannique. Une fois au pays, les médias nous renseignaient cette fois qu'il devrait faire un petit tour à Québec avant son retour en URSS. Était-ce pour une initiation? Il fut aussi celui qui m'informa qu'une multinationale associée avec une entreprise de communications et à une société secrète venait d'installer un système de reconnaissance vocale avec l'aide de subventions du Canada, afin d'espionner les conversations téléphoniques…

La source venait du Canadian Intelligence Services (CIS). Ce réseau formé d'anciens fonctionnaires et agents de services de renseignements informerait certains de nouvelles qui ne sont pas encore publiques. Qui? Je me risque à dire que le CIS apprécie les chrétiens.  En plus du coordinateur de la CEO Québec, nous retrouvons dans la liste Pierre Gilbert, le fondateur de Pleins Feux, un site eschatologique. Serge Monast s'ajoutait-il à ces privilégiés ou dans les contacts avec ces derniers?     

Blue Beam et RÉVOLTE

Voici maintenant des références sur Serge Monast traitant de Blue Beam et Revolte que je présente dans Le Livre amer.

Le projet Blue Beam (le Rayon bleu), une fascinante mise en scène traitée par Serge Monast en 1992, qui consisterait à implanter le nouvel ordre mondial en tant que théocratie universelle. Depuis quelques années, des sites internet dépeignent ce projet par des techniques de manipulation mentale, dont un «langage parlé […] transmis par une énergie électromagnétique directement dans une certaine partie du cerveau» afin de simuler des contacts télépathiques. La mystification se réaliserait en quatre phases (Le projet Rayon Bleu, L'ÉCUYER Isabelle, Journal Vert, automne 2006, page 7) 

  1. L’effondrement de toutes les connaissances archéologiques, religieuses et conceptions scientifiques classiques pour nous conduire à une pensée unitaire.

  2. Diffuser des hologrammes optiques et sonores […] en divers endroits du monde en fonction du conditionnement culturel et religieux des spectateurs, pour provoquer un chaos qui justifiera la venue d’un nouveau messie.

  3. Simulations de contacts télépathiques par l’utilisation d’ondes ELF, VLF et LF.

  4. Provoquer diverses manifestations faisant croire à l’invasion imminente d’envahisseurs extraterrestres, puis à une intervention divine.

Passons cette fois au projet REVOLTE. Dans les années 70, M. Monast fréquente Pierre Vallières dans sa demeure de Sawerville. Ce célèbre auteur du livre Le Nègre blanc d’Amérique (1967), décédé le 23 décembre 1998, est un ancien membre du Front de libération du Québec (FLQ) qui tient un discours alarmiste sur la politique québécoise et les infiltrations du mouvement nationaliste par la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) et la CIA. Cette relation avec Pierre... porte des fruits en 1992, lorsque Serge Monast rappelle les évènements d’octobre 1970, dont la tragique découverte du ministre Pierre Laporte dans la valise d’une automobile et l’existence d’un plan d’invasion des terres du Lys d’Amérique, conjointement avec les États-Unis et le Canada dont voici un extrait: 

Depuis le début de 2007, Benoît Perron, animateur radio de la défunte émission L'Éconoxydable et de Zone de résistance et conférencier remue le dossier par des propos inquiétants: En 1954, le premier ministre Louis Saint-Laurent» aurait autorisé Allan «Dulles à faire immigrer 35 agents de la CIA au Canada pour créer le Réseau de résistance (1962), précurseur du FLQ. Pour infiltrer les milieux syndicaux, la CIA utilise le syndicat AFL-CIO, paravent des Stay-Behind depuis 1955 pour l’instauration d’une Internationale Anticommuniste sur fond d’ingérence syndicale, de déstabilisation politique et sociale et d’assassinats politiques. Il ajoute qu’Ottawa forme le Inter-Directorate Liaison Section (IDLS) en 1963, précurseur de la sournoise Section G de la GRC en 1969, qui a pour tache d’espionner le mouvement séparatiste québécois. Au sein du IDLS se cache Jules Ricco Kimble, le super agent double de la CIA responsable des assassinats politiques» et présumé bienfaiteur de James Earl Ray, l’assassin de Luther King incarcéré le 4 avril 1968.

Un problème informatique

Pour terminer, une petite information qui reste sans explication pour l'instant. Lors de l'écoute de l'Éconoxydable du 11 avril 2007, je crois bon d’écrire quelques mots à Benoît Perron sur le programme RÈVOLTE présenté par Serge Monast. Malheureusement, je dois remettre cette activité à plus tard, car je dois m'avancer dans la correction du Livre Amer.

Au moment de ma décision, je constate qu'une répétition se retrouve à la page 300. Il s'agit des mots «révolte» et «révolution»:

J'utilise alors le dictionnaire informatique de mon logiciel de traitement de texte pour remplacer le mot «révolte» par un synonyme. Cette action me fait quitter instantanément mon logiciel de traitement de texte. Je recommence. Révolte... Correction... Le même problème. J’éteins et rallume mon ordinateur. Je retourne dans mon logiciel et fais la même tentative avec un autre mot. Le problème semble réglé.  Je tente de nouveau la recherche d'un synonyme de «révolte». Le problème persiste. Mon correcteur n'aime pas le mot RÉVOLTE pour une raison que j'ignore. Je décide donc de remplacer le mot «révolution» par soulèvement.

Ce problème informatique m'a incité à laisser tomber mes corrections pour partager les informations de Serge Monast avec M. Perron. Il ne faut jamais remettre à demain ce que nous pouvons faire aujourd'hui.

 

***

 

Aujourd'hui! Le monde a changé et notre résistance s'étiole en se reposant sur un relativisme qui nous permet de nous ajuster selon les situations et les besoins. Une plus grosse télévision HD alors que notre pensée se rétrécit en fonction d'une économie omniprésente et omnipotente qui met l'emphase sur la consommation et oubliant les problèmes de contamination, de pollution, d'environnement, de santé et de conditions sociales que nous retrouvons autour de la production de biens. C'est devenu ridicule au point qu'une partie croissante de gens espère une fin du monde, ou disons, serait prête à envisager une refonte économique et une diminution de la population, si cela pouvait éviter de payer le prix de la bêtise ou de se confronter à une RÉVOLTE planétaire. Pendant ce temps, le délire d’observer des morts vivants cibler des zombies, passer de critiques à complice du nouvel ordre mondial, comme on devient le détracteur d'un monde sans argent pour se doter du système idéal et sécuritaire qui sert à la vente de biens et de services par l'usage de monnaies électroniques. Un univers ou la moindre résistance à la bêtise se conteste devant l'Organisation mondiale du commerce, afin de nous donner le choix entre l'acceptation d'hormones de croissance et d'OGM, pour ne prendre que ces exemples, ou des sanctions économiques.

 

Je me souviens. Serge Monast s'inquiétait pour le Québec alors que moi je rêvais d'un monde meilleur par l'indépendance. Aujourd'hui, le rêve de jadis se transforme en cauchemar. Le 7 avril 2014, 41,6 % de la population votante du Québec, plus de 95 % chez les Anglo-saxons, a voté pour un parti de cancres du libéralisme inféodés à la monarchie britannique et au Réseau de la CIA.  Je me souviens. Lors de l'écriture du Livre amer, je pensais à Serge Monast en affirmant que le Québec était «le tremplin du Nouvel Ordre Mondial».

 

Le temps nous rattrape. Monast n'aurait sans doute pas été heureux de vivre à notre époque et d'observer nos inconséquences. Et s'il n'était pas passé à trépas le 5 décembre 1996, aurait-il choisi de continuer ou se serait-il dit qu'il serait préférable de «ne pas jeter de perles aux pourceaux»? L'univers de complots est un monde vaste que nous pouvons croire infini jusqu'au jour ou on comprend que le plus grand des complots repose sur l'apathie, l'insouciance  et l'inconséquence humaine. Vous savez, ce qui nous permet, tous et chacun, d'accuser une industrie de causer des problèmes de santé et de placer dans notre panier 24 canettes de ce cola afin de profiter d'un rabais.

 

Si la merde se multiplie, c'est qu'elle se vend. Actuellement, l'usine répond à la demande. Il faut maintenant franchir l’étape d’une fabrication du consentement d'une majoration substantiel de son prix.    

  

Retour à la page d’entrée