Anomalies solaires

 

 

 

 

 

 

Selon le texte Le Soleil en panne de Cécile Bonneau, Boris Bellanger et Mathilde Fontez publié dans Science et vie de décembre 2010, une diminution constante du nombre de taches solaires provoquerait des anomalies qui laisseraient entrevoir un nouveau petit âge glaciaire.

 

C'est en 1761 que les études des cycles solaires débutent. Quatre-vingt deux ans plus tard, en 1843, l'astronome amateur allemand Heinrich Schwabe détermine que ces cycles durent environ 11 ans. Voici les quatre étapes:

  1. Apparition de  taches se situant aux pôles.

  2. Ces taches s'étendent sur la surface du soleil pour atteindre un sommet après 4 ou 5 ans d'activité.

  3. Diminution progressive d'une durée équivalente.

  4. Cela se termine par plus ou moins une année d’inactivité.

 

Pendant ces cycles, de puissants champs magnétiques donnent naissance aux vents solaires, immenses flux de particules très énergétiques classifiées en deux groupes:

  1. Des vents rapides et moins denses qui permettent à la matière de s’échapper et dont la vitesse varie entre 800 et 1000 km/s. Généralement, ces vents proviennent de larges régions du soleil; les trous coronaux ou les champs magnétiques sont «ouverts».

  2. Des vents denses et lents qui voyagent entre de 300 à 400 km/s dont la provenance se retrouve dans l’équateur solaire.

 

En 1996 le 23e cycle débute. En 2007, il se termine par une année extrêmement calme. En 2008, le 24e cycle commence par la formation d’un petit grain noir dans une région baptisée AR10981 n’ayant pas connue ce genre d’activité depuis plusieurs années. Le 6 janvier 2009, la tache disparaît. L’activité solaire ne suit plus le même rythme. En  2008, 265 jours sont sans taches. Lors de l'année 2009, c'est 262 jours. 

 

Un cycle de 13 ans

 

C’est à la mi-décembre 2009  que le 24e cycle s’amorce 13 ans après le début du 23e cycle. Ce petit retard n'est pas sans effets.  «Les signes sont incontestablement plus faibles qu’au début des deux cycles précédents» selon les mots de Janet Luhmann de l’Université de Californie à Berkeley. En juin 2010, 13 taches solaires apparaissent enfin, contre 40 en février 1998. En tout, le cycle 24 n'est qu'au tiers du nombre de taches du cycle 23.

 

Les effets physiques de ce phénomène s’associent à des vents solaires moins intenses, ce qui devrait raréfier l’observation d’aurores boréales. Un dérèglement de l’activité magnétique provoque aussi un rayonnement inhabituel: les Ultraviolets (U.V.), étroitement associés à la formation de l’ozone dans la stratosphère sont en chute libre alors que les lumières visibles augmentent, rendant le Soleil plus brillant. Depuis 2009, les trous coronaux ont pris une forme très inhabituelle selon Janet Luhmann de l’Université de Californie de Berkeley alors que la sonde Ulysse a mesuré des vents moins rapides (-3 %), moins denses (-17 %) et moins chauds (-14 %). La couronne solaire, l’équateur d’où proviennent normalement les vents solaires denses et lents (300 à 400 km/s) est plus chaude (1 million de degrés) par rapport à la surface solaire qui se situe autour de 6 000 degrés. Mais encore, les trous coronaux descendraient plus qu’avant vers l’équateur solaire, projetant ainsi des vents rapides vers la Terre à la place des habituels vents lents.  

 

Période glaciaire

 

Un précédent de ces faibles activités se retrouverait dans la période de 1790 à 1830 baptisée «minimum de Dalton», une période de refroidissement climatique. Mais encore, si ce calme solaire se prolonge, nous pourrions plonger dans le «petit âge glaciaire» survenu entre 1645 et 1715 baptisé le «minimum de Mauder». Le positif? L’effet de serre nous préserverait d’un refroidissement

 

***

En juin 2011, la NASA traite publiquement de ce refroidissement, à un moment ou cette même NASA est victime d'un emprunt de sa notoriété et de son identité  pour diffuser un canular qui me replonge vers le passé. Le 30 octobre 1939, avant, les premiers papiers sur les extraterrestres, La Guerre des mondes de H. G. Wells se met en scène à la radio de la CBS par le soutien d’Orson Welles et l’équipe du Mercury Theater (Théâtre d’Hermès). Un mouvement de panique suit. Pas très loin, l’impression d’un exercice de manipulation se ressent. En 1937, la Fondation Rockefeller verse une bourse à l’Université Princeton pour étudier les influences de la radio sur le comportement humain. Un des intéressés, Frank Stanton, profite de sa présence au sein de la CFR et de CBS pour créer l’évènement. (Le Livre amer, page 207)  En 2011, ces anomalies profitent-elles à un sentiment d'éminent bouleversements qui suivraient une époque d'abondance qui a remise en question notre écosystème?

 

Je ne sais pas si les pingouins et les ours polaires auront plus de glace pour s'épanouir, ni si la truite à fourrure pourra enfin se reproduire entre des bouteilles de Molbat 6% et quelques pneus submergés par l'eau. Je crois seulement que la vérité est dans ce qui ne se dit pas. Pour moi, les anomalies solaires que nous vivons actuellement devraient êtres coupées par des activités magnétiques anormalement élevées. J’ajoute que ce phénomène pourrait s’accompagner d’un dérèglement du champ magnétique terrestre, si ce n’est pas déjà le cas. Certains lecteurs aimeraient profiter de ce moment pour me parler de 2012. Nibiru, la douzième planète, avancerait dans notre système solaire en provoquant des phénomènes magnétiques. Je préfère rester loin de ce dossier afin de ne pas prendre le risque de servir des groupes qui profitent de la crainte pour imposer des croyances qui peuvent profiter à de nouvelles religions inquiétantes par leurs tendances à exploiter l’humanisme de la totalité pour nous faire avaler un nouvel ordre mondial totalitaire rappelant la Bête des chrétiens. Enfin, pour les ours polaires et ceux qui partagent leur territoire, la grosse menace qui avance vers eux  prend sa force du gouvernement Charest-Normendeau, une catastrophe que nous pouvons arrêter. Un plan Nord lucratif au profit d'un Empire d'adorateur des richesses et de la mort que souhaiterait effacé de la planète par le ciel qui lui tomberait sur sa tête.

 

 

Une chanson sur le soleil

Autre texte sur les changements climatiques

 

Retour à la page principale